5 astuces pour optimiser son travail universitaire

Les astuces qui font gagner du temps…

Optimiser : Rendre optimal, donner à quelque chose les meilleures conditions d’utilisation, de fonction, de rendement (CNRTL).

Aujourd’hui, je vous parle de 5 outils précieux pour tout chercheur qui se respecte. Si vous souhaitez organiser votre temps et vos tâches, gérer vos recherches bibliographiques en un tour de main, bannir la procrastination, faire du travail de qualité, le tout sans perdre la tête : cet article est fait pour vous. C’est parti !

1. Utiliser les bons outils

Organiser son temps

Trello, le petit loup mignon qui change la vie

Claiiiirement, Trello est l’outil de génie, l’application suprême et absolument incontournable pour qui souhaite être organisé et planifier efficacement ses projets ou son quotidien (car oui, ça marche pour absolument tout).

Vous souhaitez savoir comment fonctionne cet outil magique? Pour cela, et parce qu’elle le fait bien mieux que moi, je vous conseille la formation de Julia d’I dont think I feel, « Gérer son business avec Trello ».

Ne vous laissez pas intimider par le titre, cette formation peut aider n’importe quelle personne. En quelques heures, vous pourrez utiliser les tableaux de base et organiser vos tâches pour être prêt à attaquer une nouvelle journée, semaine ou année sans être débordé.e.

Gérer les ressources bibliographiques

Google scholar

Qui ne connaît pas Google Scholar ? Il s’agit de la référence en matière de recherche scientifique rapide sur le net. « Sur les épaules d’un géant » dit le slogan.

Sur Google Scholar, vous pouvez consulter les documents par date, par pertinence, par langue. Vous pouvez également créer une bibliothèque, ce qui s’avère bien pratique pour créer votre future bibliographie.

Attention toutefois, tous les articles ne sont pas approuvés par des comités de lecture. À vous d’être assez éclairé pour faire le tri.

Cairn

Cairn intéressera surtout les étudiants en sciences humaines et sociales. Vous trouverez nombre de revues et d’ouvrages précieux. L’accès est gratuit lorsque vous passez par le portail de votre université !

La possibilité de consulter les Que sais-je, les magazines spécialisés mais aussi des ouvrages de pointe étoffera votre recherche en un rien de temps.

Le petit plus que j’adore : télécharger les articles est d’une simplicité renversante, ce qui permet de travailler directement sur le PDF.

Organiser sa bibliographie simplement

Zotero : un indispensable

Pour tout chercheur, Zotero fait gagner un temps précieux.

Comment ça fonctionne? Il vous suffit d’installer l’application sur votre ordinateur, votre navigateur se charge du reste. Une icône apparaît alors dans votre fenêtre et vous permet de télécharger la référence bibliographique du contenu. Vous retrouvez ensuite tous vos téléchargement sur l’application Zotero.

Dessus, vous pouvez créer des dossiers, classer vos références, éditer des bibliographies et des notes de bas de page, des citations… Que vous soyez un fervent défenseur de Word ou plutôt de la team LaTeX, Zotero vous conviendra parfaitement.

2. Bannir la procrastination

Je sais que c’est le terme le plus recherché de l’année en 2019, mais nous sommes en 2020 à présent ! Alors on se bouge et on met les choses en place pour avancer.

Certes, ça prend parfois du temps de changer de mauvaises habitudes, mais ça en vaut la peine ! Organisez-vous, ça vous aidera à agir et à optimiser votre temps de travail.

Je n’ai aucune astuce pour vous motiver à cesser de remettre les choses au lendemain, trouvez LA chose qui vous aide à vous lever le matin, et foncez !

3. Planifier et diviser les tâches

Planifier et diviser les tâches à effectuer libère le cerveau et supprime du stress inutile. En effet, quand on sait ce que l’on a à faire, on sait par où commencer et on avance plus vite.

Exemple : Vous avez un devoir à rendre à la date X. Listez les tâches à effectuer et planifiez-les :

  1. Recherches liminaires et rédaction de la problématique ;
  2. Organisation du plan ;
  3. Rédaction de l’introduction et de la conclusion provisoires ;
  4. Rédaction du corps du texte ;
  5. Relecture et corrections finales.

Échelonnez ces tâches sur votre calendrier et bloquez des créneaux. Là encore, Trello peut vous être très utile.

Résultat : tout est réalisé dans l’ordre et on prend le temps qu’il faut pour faire les choses de la meilleure des manières.

4. Faire du travail de qualité

Donnez le meilleur de vous-même et ça se répercutera sur vos travaux à venir. Pourquoi? Parce que vous assimilerez la méthodologie plus rapidement. Aussi, le fait d’intégrer les nouveaux concepts enrichira vos travaux et améliorera votre relation avec les enseignants qui apprécient le sérieux des étudiants.

Pour augmenter la qualité de votre travail, j’ai une astuce vieille comme le monde : le dictionnaire !

Personnellement, mon parcours en lettres et langues a fait de cet outil mon meilleur allié. Outre le fait que je le lisais en livre de chevet depuis ma tendre enfance, j’ai trouvé en lui des trésors lors de ma rédaction universitaire.

Pourquoi? Car il permet véritablement de donner de la valeur ajoutée à votre production. Apprendre à manier les mots, à les diversifier, cela ouvre votre esprit et fait comprendre à votre lecteur que vous savez développer votre pensée et l’approfondir.

L’utilisation des synonymes est donc à maîtriser, ainsi que l’insertion des étymologies, notamment en introduction. Nous en reparlerons lorsque je vous détaillerai la méthode parfaite pour rédiger une introduction en un minimum de temps.

Quel dictionnaire choisir? Dans les versions en ligne, je vous conseille le site du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, aka CNRTL, il ne m’a jamais déçue!

5. Savoir demander de l’aide

Last but not least.

Quel est donc le rapport entre l’optimisation de son travail et l’intervention d’une personne extérieure? Le gain de temps ! Il ne s’agira pas de déléguer mais d’avouer ses faiblesses dans le but de se perfectionner avec des personnes compétentes.

Il peut s’agir d’une camarade de promo ou de votre professeur, peu importe tant que cette personne a le recul et les connaissances nécessaires pour vous apporter de bonnes critiques et une solution efficace. Bien évidemment, le travail devra venir de vous, mais un regard extérieur aide souvent à sortir de situations inconfortables.

L’aide du camarade de promo

Par exemple, les groupes de travail sont une solution envisageable. Trouvez des personnes sérieuses et dont les facilités complètent vos lacunes, et inversement.

Vécu : J’ai pu réussir mes études en langue en trouvant un groupe de filles adorables et motivées avec qui j’organisais des sessions de fichage et de révision en bibliothèque durant nos semaines de cours (coucou Lili si tu passes par là). On a souvent ri, mais aussi énormément travaillé ensemble. Cela nous a permis de corriger nos erreurs mutuelles, mais aussi accéléré et amélioré nos révisions pré-partiels.

L’aide du professeur

Il va sans dire que jouer la carte du professeur est une bonne chose. Il sera à même de vous aider, puisque c’est son métier.

Toutefois, si vous optez pour cette option, j’ai quelques petits conseils :

  • D’abord, trouvez le bon moment pour lui parler de vos problèmes ;
  • Ensuite, ne prenez pas les choses contre vous s’il manque de temps au moment T, il a sûrement un emploi du temps chargé;
  • Proposez-lui une rencontre durant un créneau libre pour lui exposer vos difficultés : n’hésitez pas à créer une relation de confiance, montrer sa vulnérabilité est souvent la clé lorsque c’est sincère ;
  • Enfin, assurez-vous de vous être véritablement investi dans votre travail avant d’aller demander de l’aide : soyez sérieux.se.

C’est tout pour aujourd’hui ! J’espère que ces éclaircissements méthodologiques vous aideront dans votre organisation universitaire. Quant à nous, on se retrouve très vite dans un prochain article.

D’ici-là, que la motivation soit avec vous,

Nina.

5 commentaires sur « 5 astuces pour optimiser son travail universitaire »

Laisser un commentaire