Il est urgent d’arrêter de se trouver des excuses

Quand on commence quelque chose, on le termine.

Si mon objectif est de vous donner de l’énergie et de la motivation, il est parfois bon, voire nécessaire, de mettre des coups de pied dans la fourmilière.

À l’heure du développement personnel, j’ai la sensation qu’à force de s’écouter et de prendre son temps, on en devient parfois fainéant.

Oui, il est facile de se trouver des excuses du style : « J’ai besoin de plus de temps pour moi », « Je sens que j’ai encore besoin de m’écouter avant de me mettre en action », blablabla…

Avec tout mon respect, il faut savoir faire la part des choses. Sans quoi on ne fait jamais rien. Et on se victimise à tout va en déguisant son manque de volonté derrière une procrastination liée à une « peur de la perfection ». Bullshit.

On en parle aujourd’hui.

C’est parti!

On arrête les excuses bidons

S’écouter, oui. Mais en arrêtant de se reposer sur ses lauriers.

Combien de fois n’ai-je pas entendu l’excuse du besoin de prendre le temps de se ressourcer, de s’écouter, de se reposer pour retrouver la paix ?

Même si je peux entendre cette nécessité, elle devient inaudible lorsqu’elle se répète mois après mois, année après année.

Je suis moi-même concernée, car nous le sommes tous.

Et c’est justement pour cela que je me permets de pousser une beuglante comme Mme Weasley.

Mais comment savoir si l’on a vraiment besoin de temps ou si l’on se cache derrière ce prétexte ?

Quand on fait du surplace

Lorsqu’on ne met rien en action…

Ces moments où l’on fait mine de commencer, mais qu’en vérité on ne va jamais jusqu’au bout du processus…

Ça vous parle ? À moi aussi… Et pourtant, il n’y a rien sans rien !

Il n’y a rien sans rien

Si l’on veut des résultats, on doit fournir des efforts. Il n’y a pas de secrets, pas de formule magique.

Les grands penseurs vous le diront…

Pasteur n’a pas inventé le vaccin contre la rage en se baladant tous les jours pour changer d’air. Bill Gates n’a pas construit une entreprise planétaire en regardant des vidéos toute la nuit pour se relaxer.

Et tous les étudiants ayant réussi leurs études n’ont pas passé leur temps libre à flâner dans les cafés ou sur Instagram pour trouver de nouvelles idées.

La réussite demande donc des sacrifices. Sacrifier du temps, de l’énergie. Se donner de la rigueur.

Cependant, nous sommes malheureusement dans une époque où tout s’achète. La politique du moindre effort nous pollue l’esprit. On achète un service, on exige un résultat.

Et bien ça ne fonctionne pas comme ça. Et se cacher derrière des excuses – quelles qu’elles soient – ne vous aidera pas.

Comment briser ce cercle vicieux ?

Reprogrammer son esprit

Comme on éduque un enfant, on peut rééduquer son cerveau. En s’imposant des limites, en méritant les récompenses que l’on s’offre, on peut apprendre à apprécier de nouveau les efforts fournis.

Il est important de se forcer à changer nos mauvaises habitudes. En effet, faire preuve de conscience professionnelle, même dans ses études, c’est primordial. Pour cela, on peut :

  • S’organiser autrement et mieux;
  • Se mettre la pression en payant pour un service qui nous obligera à tenir nos engagements;
  • Faire la liste de nos excuses et les trier avec honnêteté en supprimant les fausses;
  • Enfin, se demander ce que l’on souhaite véritablement réussir dans notre vie et revoir la liste de ses priorités pour y parvenir.

Je ne dis pas que tout est facile, ni même que le succès est assuré. Mais rien n’arrive par hasard.

Et, comme je vous le dis sans cesse, quel que soit le résultat final, vous serez fière de vous si vous vous donnez les moyens d’y parvenir. Même en cas d’échec, vous aurez appris.

Alors, on se le promet : cette année on arrête les excuses inutiles et on met les choses en place pour avancer enfin.

C’est tout pour aujourd’hui, en espérant que ce petit coup de boost vous donnera de l’énergie pour vous remettre en selle.

À bientôt pour un nouvel article et, d’ici là, que la motivation soit avec vous,

Nina.

Laisser un commentaire