Soutenance orale : les outils et astuces

Quelques outils pratiques pour vous faciliter la vie.

Dans le dernier article, je vous parlais de la préparation de la soutenance de mémoire ou de thèse.

Comme promis, aujourd’hui nous allons nous concentrer sur les outils indispensables à une bonne présentation orale.

Encore une fois, je compte sur vous pour prendre des notes et un bon thé. C’est parti !

Les outils classiques pour la soutenance orale

Les fiches

Ficher or not ficher? Telle est la question.

Je dirais que tout dépend de votre aisance à l’oral. Toutefois, je vous conseille fortement de ne pas y aller à l’aveugle.

Soit, petit 1, vous êtes doués pour les exercices oraux et vous n’avez pas besoin de notes rédigées avec précision.

Dans ce cas, vous notez simplement les titres pour ne pas vous perdre et vous enchaînez votre présentation orale.

Exemple type : mots clés de l’introduction – transition – mots clés de la partie 1 – transition – mots clés de la partie 2 – etc.

Soit, petit 2, comme moi, vous êtes de ceux qui rédigent tout, jusqu’à la virgule près.

Auquel cas, il faudra vraiment prendre garde au piège de la lecture. Car, non, il n’est pas facile de lire des fiches sans en avoir totalement l’air. Il faut incarner votre texte et vous l’approprier pour faire oublier à votre jury que vous avez rédigé jusqu’à la moindre blague. Haha.

Exemple type : rédigez tout ce que vous comptez dire, mais assurez-vous d’avoir le texte en tête pour pouvoir vous en détacher et ne pas être collé à votre feuille…

Aussi, accompagner sa présentation par un visuel dynamique ne peut que l’améliorer. On en parle dans le point suivant.

La présentation PowerPoint

La présentation PowerPoint pour accompagner un oral est un grand classique.

Pourtant, il est aisé de faire des erreurs lors de sa construction. Voici quelques petites choses à ne SURTOUT PAS FAIRE :

  • Surcharger le document avec trop de texte;
  • Multiplier les effets (on n’est pas à Disneyland);
  • Passer trop vite/trop lentement sur les diapositives;
  • Donner trop/trop peu d’explications;
  • Réciter son mémoire en copié collé.

Tout est donc une question d’équilibre. Généralement, un oral doit durer une quinzaine de minutes. Vérifiez les normes de votre établissement.

Ensuite, construisez votre powerpoint de façon à rythmer votre oral, à l’aérer et permettre une meilleure attention de vos jurys.

Et, surtout, on TESTE le powerpoint et on l’enregistre sur plusieurs supports pour éviter une catastrophe le jour j !

On évitera bien des problèmes !

Les astuces incontournables pour la soutenance orale

Se chronométrer et s’entrainer pour préparer sa soutenance

Tout d’abord, n’oubliez pas que le chronomètre est votre ami. Exercez-vous. Ainsi, vous serez en mesure d’allonger ou de réduire le texte. Aussi, il est important de respirer ! Ne lisez pas à toute vitesse.

Pensez à une conversation amicale et adoptez un débit de parole apaisé. Vous verrez, plus vous parlerez « normalement », plus vous gagnerez en clarté et en assurance.

On s’assure d’être clair et on n’hésite pas à communiquer.

Se filmer pour visualiser sa soutenance

Une autre petite astuce moins connue : la vidéo d’exercice !

Filmez-vous si nécessaire afin de vous analyser et de travailler les points encore fragiles dans votre rythme, votre prononciation ou le niveau de votre voix par exemple.

De plus, si vos proches ont le temps de vous aider, n’hésitez pas à les solliciter.

En effet, pour les soutenances de thèse, il est d’usage de s’exercer devant un jury fictif composé de vos collègues ou d’amis qui vous aideront à travailler votre stratégie orale. Mais n’hésitez pas à mettre cet exercice en place même en master.

Que ce soit via la caméra ou grâce à vos amis, vous pourrez corriger votre présentation, votre tenue et vos mimiques.

Rendre son oral original

Si des remarques ont été faites avant votre soutenance, je vous conseille de corriger le tir en démontrant votre sérieux et votre implication.

Pour cela, rien de plus simple : offrez aux membres du jury un document avec les modifications demandées ainsi qu’une présentation de votre travail succincte.

Marquez les esprits de la bonne manière en étant rigoureux tout en restant modeste. En effet vous prouvez par ce petit geste que vous pouvez vous remettre en question et savez être réactif.

C’est tout pour aujourd’hui !

À bientôt pour un prochain article et, d’ici-là, que la motivation soit avec vous,

Nina.

Laisser un commentaire